L’agenda culturel strasbourgeois

théâtre
Cet évènement est terminé, il s'est déroulé Du mercredi 12 au vendredi 14 février 2020

Visuel théâtre
Mais qui donc est Carcasse ? Figure aussi fragile qu'obstinée se tenant debout sur un seuil qu'il voudrait franchir sans savoir ni pourquoi ni comment ? Ce poème en prose de Mariette Navarro (prix Robert Walser en 2012), formée à la dramaturgie à l'École du TNS, a quelque chose du Bartleby d'Herman Melville dans son refus obstiné, mais aussi du Plume d'Henri Michaux aux prises avec le monde, avec les autres, avec l'époque. Carcasse voudrait être contre, mais doit faire avec. La metteuse en scène Bérangère Vantusso l'appréhende comme un corps fictif, évanescent, qu'il serait vain d'incarner. La langue déployée avec radicalité et douceur dessine à grands traits ses territoires intérieurs, ses désirs et ses attentes immatérielles. Acteurs, marionnettistes font résonner les images de manière polyphonique. Sur scène, une série de tiges en bois matérialise des cadres qui, manipulés, forment une grande carcasse composant autant un personnage qu'une montagne, une grande marionnette, un décor, un sentiment. Une image fugace et pourtant étrangement familière, familièrement étrangère. Cet être omniscient nous apparaît aussi bien en lui-même qu'en dehors, ange malicieux le surplombant et se jouant de lui tel un pantin. Les « plusieurs » qui l'entourent sont les marionnettistes de ce héros immobile, pétri d'impossibilité à agir, refusant de participer au flux du monde comme de se construire dans le regard des autres.

Comédienne formée au Centre dramatique national de Nancy, Bérangère Vantusso aborde pour la première fois la marionnette en 1998, alors qu'elle étudie à la Sorbonne Nouvelle. Elle reconnaît d'emblée dans cet art le point crucial de son questionnement quant à l'incarnation et à la prise de parole scéniques. Elle collabore avec François Lazaro, Emilie Valantin, Michel Laubu ou encore Sylvie Baillon. En 1999, elle réunit autour d'elle plusieurs artistes et fonde la compagnie trois-six-trente dont elle met en scène tous les spectacles. Elle y a affirmé une identité où se rencontrent théâtre et marionnette contemporaine à travers l'hyperréalisme jusqu'en 2018. Depuis janvier 2017, elle dirige le Studio-Théâtre de Vitry. Elle a présenté au TJP Le Rêve d'Anna, L'Institut Benjamenta, Le Cercle de craie caucasien et Longueur d'ondes.
La vueLa cartePlus d'infos

Partager cet évènement

Partager sur Facebook

Sinon...